Soutenir JC2R par don
  • Bill Pinpin - JC2R

Vaccin: méfiance des personnels hospitaliers



Aux USA comme partout ailleurs, il y a une grande méfiance des personnels hospitaliers à l'égard du vaccin censé protéger contre la COVID-19.


Pour rappel, ce vaccin a été conçu dans un temps record de seulement quelques mois... comparé à plusieurs années de procédures pour un vaccin classique "de l'ancien monde".


Cependant, comme nous l'avons déjà évoqué à plusieurs reprises dans nos vidéos, il est probable que nos élites mondialistes "profitent" d'une nouvelle souche plus contagieuse ou plus dangereuse du virus afin de rendre la vaccination obligatoire et donc pérenniser ce marché de plusieurs dizaines de milliards de dollars pendant plusieurs années et continuer de mettre en place leur nouveau monde, leur "meilleur des mondes".


Mais cela n'est qu'une supposition de gros complotistes.


Source - aubedigitale.com


Les personnels hospitaliers refusent le vaccin contre le COVID : “Il y a trop de méfiance”



Moins d’une semaine après notre reportage sur la résistance généralisée des professionnels de santé d’un hôpital de Chicago, Ayla Ellison, de BeckersHospitalReview.com, rapporte que le virus de la méfiance à l’égard des vaccins se répand


De nombreux employés de l’hôpital universitaire Howard à Washington, D.C., ont des réserves quant à la prise du vaccin contre le COVID-19, et la PDG Anita Jenkins essaie d’inciter les travailleurs à suivre son exemple en se faisant vacciner, selon CNN.


L’hôpital, un important fournisseur de soins de santé pour la communauté noire, a reçu 725 doses du vaccin Pfizer le 15 décembre et s’attend à recevoir une deuxième livraison cette semaine. Au 18 décembre, seuls 600 des 1 900 employés de l’hôpital s’étaient inscrits pour se faire vacciner, selon Kaiser Health News.


“Il y a un niveau élevé de méfiance et je le comprends”, a déclaré Mme Jenkins à Kaiser Health News. “Les gens ont vraiment peur du vaccin.”

Le nombre de vaccinations, bien que faible, a tout de même dépassé les attentes, a déclaré Mme Jenkins à CNN. Une enquête interne à l’hôpital, menée auprès de quelque 350 employés début novembre, a montré que 70 % d’entre eux n’étaient pas prêts de se faire vacciner contre le COVID-19 ou ne le prendraient pas immédiatement après qu’il soit disponible.

Mme Jenkins a reçu le vaccin le 15 décembre dans l’espoir d’inciter le personnel à se faire vacciner. Elle fait partie d’un vaste effort des experts de la santé et des dirigeants communautaires pour combattre l’hésitation des Noirs américains à se faire vacciner. Environ 35 % des Noirs américains ont déclaré qu’ils ne se feraient probablement ou certainement pas vacciner si le vaccin était jugé sûr par les scientifiques et largement disponible gratuitement, selon une étude de la Kaiser Family Foundation citée par CNN.

L’hôpital universitaire Howard n’est pas le seul prestataire de soins de santé dont les employés ont refusé le vaccin.

Au Doctors Hospital at Renaissance à Edinburg, Texas, tant de soignants ont refusé le vaccin contre le COVID-19 que l’hôpital a offert des doses à d’autres soignants de la région, selon ProPublica.


L’hôpital a reçu 5 850 doses du vaccin, et il est rapidement devenu évident que le nombre de personnes éligibles pour le vaccin, comme le personnel qui travaille directement avec les patients infectés par le COVID-19, n’était pas suffisant pour l’obtenir, a déclaré le Dr Robert Martinez, directeur général de DHR Health, à ProPublica.


“Vous commencez à voir des chiffres similaires dans tout le pays, toute cette méfiance et cette désinformation”, a déclaré le Dr Martinez.

Après le premier jour de distribution, le DHR a contacté d’autres hôpitaux et établissements de santé de la région pour leur proposer des doses du vaccin. ProPublica a rapporté que le vaccin a fini par être distribué également à du personnel non médical, y compris au sénateur Eddie Lucio Jr. Il a dit à ProPublica qu’il avait été invité à prendre le vaccin par le DHR après que les fonctionnaires lui aient expliqué que tous les travailleurs éligibles qui voulaient le vaccin l’avaient reçu.


En bref, comme nous l’avons déjà indiqué, personne ne veut être un cobaye.

133 vues0 commentaire