• Bill Pinpin - JC2R

Destruction des retraites: recours au 49-3

Pendant que les médias continuent leurs lavages de cerveaux habituels en faisant flipper les gens sur cette histoire d'épidémie liée au coronavirus ou COVID-19, notre chère république fait passer ses lois en force.


On se marre bien à l'Assemblée Nationale de la république

Le premier sinistre Edouaaaaaaard Philippe a en effet annoncé le recours au 49-3 pour faire passer, sans vote, le projet de loi sur la réforme des retraites.


N'oubliez pas que cette loi est en fait imposée par l'Union Européenne et que ces rigolos, qui ont l'air de bien se marrer, ne sont que des exécutants.


Source - Russia Today


Réforme des retraites : Edouard Philippe annonce le recours au 49-3


Le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé, ce 29 février à l'Assemblée nationale, le recours au 49-3 sur le projet de loi sur la réforme des retraites. A l'instar du député François Ruffin, Le groupe La France insoumise a fortement protesté.


Le Premier ministre Edouard Philippe engage, le 29 février, la responsabilité du gouvernement sur la réforme des retraites par le 49-3. La surprise n'est pas grande. Depuis plusieurs jours dans les médias, la majorité présidentielle, menée par La République en marche, laissait sous-entendre que le 49-3 était une possibilité.


Au treizième jour d'échanges dans l'hémicycle, Edouard Philippe est donc monté à la tribune pour faire cette annonce surprise, afin de «mettre fin à cet épisode de non-débat» avec les oppositions et «permettre à la suite du processus législatif de s'engager», a-t-il déclaré sous les applaudissements de la majorité.


Pour Edouard Philippe, l'opposition n'a pas respecté les «règles de l'Assemblée nationale» : «Force est de constater que la discussion sur le fond n’a jamais vraiment pu se lier. Je le regrette profondément. Ce débat aurait dû permettre de confronter nos points de vue devant les Français, en respectant les règles de l’Assemblée nationale.»


Edouard Philippe engage de fait la responsabilité de son gouvernement sous la bronca des députés insoumis, tel François Ruffin ou Ugo Bernalicis. «Passage en force», a par ailleurs lancé dans les couloirs de l'Assemblée François Ruffin, très remonté.


Les oppositions disposent désormais de 24 heures pour déposer une motion de censure. Elle doit être signée par 58 députés.


Les oppositions fustigent l'attitude du gouvernement


Dans la foulée, le Premier secrétaire du Parti socialiste Olivier Faure a dénoncé «la brutalité» du gouvernement et propose «une motion de censure à l’opposition».


Pour la députée de La France insoumise, Clémentine Autain, «bas les masques, fin du jeu de dupes». Elle déplore ainsi «une grande régression sociale imposée par la force d'un 49-3». «Quand néolibéralisme et autoritarisme font tristement bon ménage... sur notre dos», ajoute-t-elle.

Le chef de file des députés Les Républicains, Damien Abad a lui aussi exprimé son mécontentement après la décision du gouvernement : «Ce que je pressentais mardi en posant directement ma question à Edouard Philippe s'est malheureusement confirmé aujourd’hui, avec le recours officiel du gouvernement au 49-3. C'est un déni de démocratie sans précédent sur une réforme des retraites.» Le député du Rassemblement national, Gilbert Collard, assimile ce 49-3 à un «LBD législatif». Détails à suivre...

  • youtube
  • facebook
  • twitter
  • instagram
  • vk
patreon-logo1.png