• Bill Pinpin - JC2R

Constitution modifiée: la décadence continue


Salut,

Décidément, ils ne savent plus quoi inventer pour servir leurs projets nauséabonds et la déformation complète de notre pays.

En 2012, "mademoiselle" avait été supprimé des formulaires administratifs et la mention "en bon père de famille" avait été supprimé du droit français en 2014.

"Père" et "Mère" est également de plus en plus remplacé par "Parent 1" et "Parent 2"

Désormais, ils en viennent même à ne plus respecter la Constitution de leur propre République.

Le mot "race" est dorénavant un mot à ne plus employer. Apparemment il est trop choquant.

En effet, nos chers élites dirigeantes viennent de le supprimer de la Constitution.

A l'avenir, quand vous serez chez des invités et que vous serez intéressés par le chien de la famille, vous direz:

"Il est beau ce chien, c'est quoi comme marque ?"

Source: leparisien.fr

Disparition de «race» de la Constitution : ces mots retirés des textes officiels

Tout comme le mot « race », qui sera bientôt supprimé de la Constitution française après un amendement voté jeudi, de nombreuses transformations des textes officiels ont épousé les évolutions de la société.

La décision avait été acceptée à l’unanimité en Commission. Jeudi,les députés ont voté un amendement au projet de révision de la Constitution française mettant fin au mot « race » et à la « distinction de sexe » dans l’article premier du texte fondateur de la Ve République.

La suppression de ce mot dans la Constitution, qui y persistait depuis 1946, était une promesse de campagne de François Hollande. Saluée par les élus des outremers, la décision donne l’impression que la France met fin à un contresens et avance dans le sens de la société.

Comme le mot « race », de nombreux termes ont été, au cours des années, supprimés des textes officiels. Comme des marqueurs des évolutions de la société, chaque suppression dessine un moment où la loi s’est alignée sur une transformation de la société.

« Mademoiselle » ou la fin du cadre marital

En février 2012, une circulaire du Premier ministre mettait fin à l’appellation « mademoiselle » dans les formulaires administratifs. Les services du Premier ministre invitaient les administrations à « éliminer autant que possible de leurs formulaires et correspondances les termes mademoiselle » mais aussi les termes « nom de jeune fille » ou encore « nom d’épouse et nom d’époux ».

Cette décision émanait d’une demande « très ancienne » du mouvement féministe, rappelle au Parisien Maria Candea, sociolinguiste à l’université Sorbonne-Nouvelle à Paris. La première circulaire demandant la fin de l’utilisation de mademoiselle, « date des années 1970 après les combats pour l’avortement », explique l’universitaire.

Mais la suppression de ce terme a finalement été adoptée alors que la place de la femme dans la société avait largement évolué. « C’était une trace ancienne qui n’avait plus de réalité sociale », détaille encore Maria Candea. Selon elle, son abolition dans les formulaires permet de mettre fin à la distinction en fonction du cadre marital.

« Bon père de famille », la fin de la cellule familiale traditionnelle

En janvier 2014 cette fois, c’est l’expression « en bon père de famille » qui disparaît du droit français via un amendement au projet de loi sur l’égalité entre les femmes et les hommes. L’expression, qualifiée de « désuète » à l’époque par ses détracteurs, rappelle une tradition patriarcale.

Selon la définition du dictionnaire Larousse, il signifie « comme le ferait un administrateur soigneux et diligent », c’est-à-dire « sagement ». Il était utilisé dans le code rural par exemple pour exprimer que le bénéficiaire d’un bail est « tenu d’user de la chose louée en bon père de famille ».

Mais le terme sous-entendait que seuls les hommes pouvaient agir en responsable du foyer. Encore une fois l’expression était obsolète par rapport à la réalité de la société. Pour Maria Candea, « il fallait s’adapter » : « On parlait plus d’autorité paternelle mais parentale, la notion de chef de famille avait sauté. »

Lire la suite de l'article sur le site leparisien.fr

#décadence #mondedégénéré #déchéance #destructiondelafamille #destructiondesnations #destructiondelaFrance #propagande #constitution #inversiondesvaleurs #race #leparisienfr

  • youtube
  • facebook
  • twitter
  • instagram
  • vk
patreon-logo1.png